Vincent Flibustier - Formations en Education aux médias - Formations Fake News

Comment créer un bon fake viral en 5 étapes ✅

Actuellement ce post concernant le remboursement des frais de campagne de Valérie Pecresse fait un gros buzz sur les internets et il s’agit encore une blague de ma part.

Image


Mais comment fait-on un bon gros fake viral ? Quelques pistes

Surfer sur l’actualité du moment. Ça doit être frais dans la tête des gens ou ça ne marche pas. Un maximum de gens doit avoir « la réf ». Ici, des gens ont effectivement envoyé des chèques bidons à Pécresse, l’idée est d’exagérer l’histoire en parlant de milliers de chèques.

Flatter le biais de croyance (ou d’envie d’y croire en tous cas) du public. Ça serait tellement génial que ça soit vrai qu’on préfère se dire que ça l’est.

Utiliser une capture d’écran d’un message modifié sur un moyen de diffusion connu en gardant l’en tête. Si j’avais diffusé uniquement ceci ça aurait moins d’impact.

Image
Le fait de l’entourer en rouge donne encore plus l’impression que j’ai vraiment vu ce tweet et l’ai entouré
Image

✅ Profiter de l’effet Streisand hypothétique. Étant donné qu’il s’agit d’un tweet gênant, Les Républicains ne vont certainement pas le démentir au risque de lui donner encore plus de visibilité.
D’un autre côté, avec cet appel « à cesser », les gens ont encore plus envie de partager le tweet « prétendument des Républicains » pour qu’on leur envoie encore plus de chèques.

Profiter de la possibilité que le tweet ait existé mais ait été supprimé. Un faux communiqué de presse, faux journal papier, fausse déclaration à la tv… C’est beaucoup plus facile à vérifier qu’un tweet qui n’a beau ne plus être présent, peut avoir existé.

Pour vérifier qu’un tweet supprimé a bien été publié, on ne peut pas faire grande chose si ce n’est avoir une archive via http://archive.org ou compter sur le fait que plusieurs internautes sans lien entre eux ont vu le même tweet.

Tout ça pour dire que nous sommes tous victimes de nos biais et qu’on a un rapport à la vérité qu’on laisse parfois de côté pour rire un bon coup, qu’on partage des choses « sans trop y croire mais sait on jamais », comme n’importe quel conspi 😊

Actuellement, ce post a été vu, commenté et partagé des dizaines de milliers de fois en quelques heures et ce post aura beau exister, il a continuer à circuler massivement parce que la viralité du mensonge hilarant est toujours plus forte que celle du démenti décevant.

A l’origine, le post a été partagé probablement principalement par des gens qui savent que c’est une blague (venant de moi ou de la page Nordpresse), mais après, le post arrive passer « le mur du con » et se retrouve dans l’espace public rempli de team 1er degré. (Et je dis « mur du con » affectueusement, on est tous cons de temps en temps) (Bon certains plus souvent que d’autres)

Si vous êtes intéressé par mes ateliers/formations/cours sur les fake news, l’éducation aux médias, à l’esprit critique ou l’OSINT, découvrez ici toutes les infos.

Formations Fake News