Vincent Flibustier - Formations en Education aux médias - Formations Fake News

Analyse de la propagande russe à propos de l’attaque de la maternité de Marioupol

Je vais essayer de vous résumer du mieux que je peux « Ce qui a été dit » sur l’attaque de la maternité de Mariupol puisque j’ai suivi l’affaire depuis le début.

Et c’est très, très compliqué de s’y retrouver.

👉 Deux choses importantes d’abord:

1. Je peux me tromper, je n’ai pas la vérité absolue. Nous avons tous nos bulles de filtre et j’ai pu manquer des infos et suis naturellement biaisé.

2.Les informations évoluent et donc ce post sera peut-être 

totalement désuet un jour

Mais alors, comment se faire une idée ?

👉Ce que je dis souvent récemment, c’est que la vérité, il est difficile de la cerner sur des sujets aussi chauds où nous sommes pris dans l’actualité, sans recul, bouffés par nos biais et nos émotions ainsi que la propagande de masse.

Par contre, nous pouvons voir des mensonges flagrants et les considérer comme des éléments discréditants ceux qui les prononcent. 

Je vais donc simplement, sans juger, vous montrer la « vérité » énoncée par les Russes. C’est parti 👇

Au tout début, les Russes disent qu’ils n’ont jamais bombardé l’hôpital du tout, 

Ensuite, rapidement, il y a des preuves de cette attaque par la Russie, et vient une modification de la propagande russe qui dit alors , notamment via le compte de l’ambassade du Sri Lanka @RusEmbSriLanka qui explique qu’il s’agit d’une influenceuse qui a « joué un rôle » 

Il est alors expliqué qu’elle n’est même pas enceinte, qu’elle a joué la femme enceinte le lendemain d’un bombardement d’un lieu « militaire » occupé par le bataillon Azov, voir photo en bas à droite 

Et là, des internautes, et vive l’OSINT et les internets, voient que oui, c’est bien une influenceuse, mais qu’elle est de Mariupol et qu’elle documente sa grossesse depuis des mois sur Instagram.

Ce que la propagande du dessus a évidemment évité de dire.

Ici, si on est sceptique, soit Marianna Podgurskaya avait prévu depuis 6 mois l’invasion russe et a mis en scène une fausse grossesse… Soit elle était bien enceinte.

Ici, si on est sceptique, soit Marianna Podgurskaya avait prévu depuis 6 mois l’invasion russe et a mis en scène une fausse grossesse… Soit elle était bien enceinte. Et là, la propagande russe change 👇

Ce que dit l’ambassade russe au Royaume-Uni c’est que l’instagrameuse a « joué la comédie » en jouant 2 femmes enceintes différentes après la destruction de l’hopital vide.

Ici, on peut se demander ce qui est le plus crédible, une femme enceinte jusqu’au cou qui joue la comédie ?

Ou que les Russes mentent ?

Et cette version, elle est officielle, aujourd’hui c’est selon eux ce qu’il s’est passé, ça a été envoyé dans des communiqués officiels des ambassades à la presse. La voici 👇

Ce qu’explique la propagande, c’est que la femme enceinte sur la civière est aussi Marianna. Or, la femme enceinte sur la civière est une autre femme, morte depuis avec son bébé.

A ce stade, on sait que les Russes ont changé 3 fois de version et c’est documenté. Et ce 2 avril, il y a un twist: Marianna refait surface, interviewée par des Russes, puisqu’elle a été « recueillie » via un convoi humanitaire vers la Russie. On voit que la vidéo est encore une fois diffusée par une ambassade, ici de Genève.

Russian Mission in Geneva on Twitter: « You remember Marianna?Here’s the part of her interview, in which she confirmes: 🔹 🇺🇦 military did occupy the Mariupol maternity hospital #3 (#humanshields)🔹 they provided no help, and even took their food🔹 there were no airstrikes🔹 A cameraman was on-site on March 9 pic.twitter.com/Qdv4uYmkHA / Twitter »

You remember Marianna?Here’s the part of her interview, in which she confirmes: 🔹 🇺🇦 military did occupy the Mariupol maternity hospital #3 (#humanshields)🔹 they provided no help, and even took their food🔹 there were no airstrikes🔹 A cameraman was on-site on March 9 pic.twitter.com/Qdv4uYmkHA

Elle y explique qu’il n’y a pas eu d’attaque aérienne à sa connaissance et que l’armée occupait bien une partie du bâtiment. Elle confirme néanmoins qu’il y avait bien des femmes enceintes dans l’hopital, ce que la Russie a nié. Mais il faut se méfier de ses propos.

Ce genre de vidéos sont régulièrement utilisées (de tous les côtés) par la propagande, faisant parler des personnes « sous une forme de contrainte » et il est donc très difficile de savoir la vérité de ce qu’ils racontent puisqu’on ne peut pas dire qu’elle est en « zone neutre ».

Vincent Flibustier 👽 on Twitter: « Cela rappelle un peu Roman Protassevitch qui parlait, les mains à priori attachées, des coups au visage, en redorant l’image de la Biélorussie après avoir été arrêté après un détournement d’avion par le dictateur Loukachenkohttps://t.co/ltA3LiOtgc pic.twitter.com/cXtcxcBF3k / Twitter »

Cela rappelle un peu Roman Protassevitch qui parlait, les mains à priori attachées, des coups au visage, en redorant l’image de la Biélorussie après avoir été arrêté après un détournement d’avion par le dictateur Loukachenkohttps://t.co/ltA3LiOtgc pic.twitter.com/cXtcxcBF3k

Ca avait également été fait par le régime syrien à l’époque avec la photo de ce petit garçon.

Thomas van Linge on Twitter: « We know this is a well known Kremlin propaganda technique. In 2016 the photo of bloodied little Omar Daqneesh from #Aleppo spread across the world. After the Syrian regime reconquered the city state-tv placed him & his father in front of a camera, having them debunk the story. pic.twitter.com/jZMdnDbaA5 / Twitter »

We know this is a well known Kremlin propaganda technique. In 2016 the photo of bloodied little Omar Daqneesh from #Aleppo spread across the world. After the Syrian regime reconquered the city state-tv placed him & his father in front of a camera, having them debunk the story. pic.twitter.com/jZMdnDbaA5

On ne connaîtra probablement que dans longtemps voire jamais ce qu’il s’est exactement passé à la maternité de Marioupol, mais comme j’ai essayé de vous le montrer ici, la Russie a changé de nombreuses fois sa version des faits, passant en résumé de :

– On n’a pas attaqué l’hopital

– On l’a fait mais c’était une fausse femme enceinte

– On l’a fait mais une femme enceinte a joué la comédie

– On l’a fait et il y avait des femmes enceintes mais elle va bien et on ne connait pas l’origine des explosions.

On peut donc légitimement penser que la parole russe n’a aucune valeur tant leur narratif s’adapte aux preuves qui tombent jour après jour.